Faux-bourgs ?


Faubourgs ou « faux bourgs » ? : Entre intégration et exclusion 

Si le terme de banlieue désignait au Moyen-Âge le territoire d’une lieue sur lequel s’étendait la juridiction du seigneur, il recouvre aujourd’hui une autre réalité. 

La croissance des villes « fors les murs » entraîne l’apparition de petits villages fortifiés : les « burgs » (bourgs).  Lorsque ces « fors-burgs » (faubourgs) prennent de l’importance, ils sont généralement annexés à la ville, dont ils deviennent des quartiers. Ils obtiennent parfois leur indépendance et forment alors de véritables villes. 

Devenue faubourg puis ville, la banlieue change de statut. Elle n’est plus une entité purement administrative, mais un espace aux frontières imprécises, qui englobe les environs immédiats, et moins immédiats des grandes villes.  

Elle se transforme alors pour certains en territoire d’exclusion, en « lieu banni », oublié par les pouvoirs publics car en marge, excentré, et pourtant central pour ses habitants. 


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :